En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de vous proposer un service de meilleure qualité. Vous pouvez en apprendre plus en cliquant ici

AllerAccessibilité
Centre d'aide

Les nuits

0 étoile sur 5 (0 avis)

De Alfred DE MUSSET

Lu par Paul-Emile DEIBER et 3 autres

Édité par Éditions Éponymes

Tout public

Version Texte intégral

Durée 47mn

Voix multiples

Écoutez un extrait

Prix éditeur 2 € 95

  • Téléchargement
  • Fichier MP3
  • Haute Qualité
  • Sans DRM
Ajouter au panier

Voir les conditions d'achat

Partagez la fiche de ce livre audio Facebook Twitter E-mail

Présentation du livre audio

De la Nuit de mai à la Nuit d'octobre Musset évoque le problème du rôle de la souffrance dans la création poétique et dans la vie. De la ce dialogue si nouveau entre la muse tendrement maternelle et le poète tourmenté par la souffrance.

Les Nuits d'Alfred de Musset ont été écrites en l'espace de 2 ans et publiées dans la Revue des deux mondes, dans l'ordre suivant :

  1. Nuit de mai ( 15 juin 1835)
  2. Nuit de décembre ( 1er décembre 1835)
  3. Nuit d'août ( 15 août 1836)
  4. Nuit d'Octobre ( 15 octobre 1837)

La Nuit de mai ou les vaines séductions de la poésie.
La muse exhorte le poète à chanter et lui propose d'oublier son mal en laissant errer son inspiration ; mais il persiste à se taire et demeure abîmé dans sa douleur. Ne peut-il alors, suggère-t-elle, servir au public en festin poétique les souffrances de son cœur ? Il juge la tâche au dessus de ses forces et se dérobe définitivement.

La Nuit de décembre ou l'obsession de la solitude
Un personnage qui ressemble au poète comme un frère lui est toujours apparu aux heures sombres de sa vie. Il interroge ce double mystérieux, qu'il vient de retrouver au moment où il enfermait dans un coffret les reliques d'un amour brisé. L'étrange vision révèle son secret : elle s'appelle la solitude.

La Nuit d'août ou les illusions du plaisir.
Le poète accueille avec joie sa muse ; mais elle s'inquiète de le voir plongé dans une ivresse factice : pense-t-il être guéri de sa blessure, et ne regrettera-t-il pas ? Le poète refuse de partager ses alarmes ; il veut renaître au bonheur dans l'exaltation de nouvelles amours.

La Nuit d'octobre ou les bienfaits de la douleur.
Le poète se croit guéri de son mal ; mais, en évoquant ses souvenirs, il s'indigne bientôt et maudit celle qui l'a fait souffrir. La muse alors le console. Ne doit-il pas à cette expérience de savoir mieux goûter désormais les joies terrestres ? Le poète, dans un sursaut, se dispose à renaître avec le jour qui se lève.

En apprendre plus

Ça pourrait aussi vous plaire

Avis

Commentaire

Vous avez adoré ? Détesté ? Dites-nous tout !

Pour laisser un commentaire, connectez-vous à votre compte Book d'Oreille.

Je me connecte

Les avis des audiolecteurs 0 étoile sur 5 (0 avis)